Les Hauts-de-France s’engagent dans la santé des étudiants

La Région apporte une aide financière aux établissements d’enseignement supérieur qui ont mis en place le dispositif « Étudiants Relais Santé ». Sur le territoire sept établissements l’ont déployé dans leur enceinte. Il complète les politiques publiques déjà existantes dans ce domaine, en permettant aux jeunes de s’informer en matière de droits, de soins et de les sensibiliser quant aux comportements à adopter et prévenir des situations à risque. L’objectif est d’employer des jeunes, afin qu’ils fassent l’intermédiaire entre les professionnels de santé et les étudiants, sous la responsabilité des services de santé universitaires qui définissent leurs missions et les modalités de réalisation.

La Région prend en charge les formations continues en direction des étudiants « Relais Santé » organisées par l’ensemble des services de santé universitaire. Cela comprend des connaissances théoriques et des méthodologies de comportements à adopter face à des problèmes. « Tous les étudiants suivent des formations avant de commencer à travailler. Nous sommes formés par le service de santé et par des organismes externes », précise Manon Beernaert étudiante à l’Université Technologique de Compiègne (UTC).

Les étudiants sensibilisent leurs camarades

Les étudiants « Relais Santé » sont en charge de mener des actions de prévention et d’éducation à la santé auprès de leurs camarades. Cela concerne l’accès aux droits et aux soins, la promotion de l’équilibre alimentaire et l’activité physique, la prévention des addictions, la vie affective et sexuelle, la prévention du mal-être, le dépistage régulier et le suivi vaccinal.  Manon intervient depuis deux ans auprès de ses camarades, « au départ nous étions trois, aujourd’hui nous sommes une équipe de huit. Nous abordons des thématiques de santé qui concernent les jeunes de 20 ans comme l’addiction, la sexualité, les moyens de contraception et l’alimentation ».

Les étudiants, employés pour ce dispositif s’organisent sur leur temps libre pour mener ces actions de sensibilisation et d’information, « sur nos pauses du midi, nous organisons des activités ludiques au foyer de l’UTC, où se réunissent les étudiants. Ils jouent le jeu et apprennent des choses sur leur santé tout en s’amusant, explique Manon, pendant le confinement nous avons dû nous adapter, comme tout le monde, et chaque jour nous avons créé du contenu sur notre page Facebook pour continuer à accompagner nos camarades ». Ces étudiants s’investissent dans leur mission et témoignent d’un dispositif nécessaire à la sensibilisation des jeunes en terme de santé.