Dans le cadre du plan de relance voté le 30 juin dernier et parce que la Région souhaite protéger les plus fragiles en facilitant notamment l’entrée des jeunes dans le monde du travail, une « semaine apprenante », du 24 au 28 août, a été organisée dans le cadre des vacances apprenantes mises en place par l’État. Ces quelques jours avaient pour objectif de faire se rencontrer des ambassadeurs Proch’Orientation, venus parler de leur métier, et des élèves de collèges, de lycées généraux, technologiques et professionnels. Des séances ont été ainsi organisées dans différents établissements scolaires sur l’ensemble du territoire des Hauts-de-France. Coordonnées par des référents départementaux Proch’Orientation, ces séances ont mobilisé des personnes de tout milieu professionnel : des électriciens, des aides-soignantes, des techniciens de maintenance, des ingénieurs, des restaurateurs… Et les jeunes étaient au rendez-vous avec des questions plein la tête !

Faciliter l’entrée des jeunes dans le monde du travail. Un outil : Proch’Orientation

Parce que l’une des nouvelles compétences de la Région est d’informer et d’orienter au mieux les élèves pour construire leur avenir professionnel, elle a lancé, en 2019, Proch’Orientation, une plateforme en ligne qui comporte un annuaire d’ »ambassadeurs », autrement dit de professionnels volontaires, qui peuvent être mis en relation avec des élèves, via la communauté éducative. Objectif : fournir aux jeunes des informations sur leur métier, parler de leur parcours de formation, des avantages et des inconvénients de leur profession, faire visiter leur entreprise, transmettre leur passion et, pourquoi pas, susciter des vocations ! À ce jour, plus de 1 230 ambassadeurs se sont enregistrés dans Proch’Orientation. Et depuis mars 2020, une équipe Proch’Orientation est constituée avec une cellule de pilotage et une équipe territorialisée : un référent dans chacun des départements. Une équipe éditoriale rejoindra prochainement Proch’Orientation pour proposer de nouveaux outils et supports d’information régionalisée.

Des ambassadeurs investis à la rencontre des collégiens de Libercourt (62)

Grégory Morel, 46 ans, qui possède le restaurant « La crêpe que j’aime » à Oignies (62), a ainsi pu parler de son parcours à des élèves du collège Jean-de-Saint-Aubert de Libercourt, dans le Pas-de-Calais, le 25 août. En reconversion professionnelle, cet ancien responsable logistique s’est lancé dans l’aventure de la restauration en novembre 2019. « Je suis intervenu devant des élèves de 3e et de 4e, explique-t-il. C’était très intéressant pour moi d’expliquer qu’il était possible, dans sa vie professionnelle, de repartir de zéro et que malgré les difficultés, être restaurateur était un métier très valorisant« . Grégory Morel envisage de poursuivre son aventure avec Proch’Orientation dont la prochaine étape sera, peut-être de faire visiter son restaurant aux élèves.

Francis Flan, 57 ans, est, quant à lui, électricien à son compte depuis septembre 2012. Auparavant il était électricien dans un bureau d’études d’ingénierie. Dans sa carrière, il n’a cessé de gravir les échelons et de progresser depuis ses débuts, puis il a été licencié économiquement. « Après avoir été licencié du bureau d’études, je me suis mis à mon propre compte. Je voulais montrer aux élèves que parfois la vie professionnelle pouvait être chaotique mais qu’on avait toujours la possibilité de rebondir. Et puis je trouve le métier d’électricien passionnant parce qu’il est très diversifié : on intervient dans des entreprises industrielles comme dans le domaine de la domotique, par exemple. En fait, l’électricité est partout ! Certains élèves, notamment en 3e, semblaient très intéressés ! »

Catherine Merlin, référente départementale Proch’Orientation pour le Pas-de-Calais, a contacté ces professionnels pour qu’ils interviennent en collège durant la semaine apprenante.  » Faire connaître la diversité des formations et du monde économique et professionnel fait partie de l’accompagnement à l’orientation au collège, explique-t-elle. Catherine Merlin a ainsi contacté Grégory Morel et Francis Flan pour qu’ils parlent de leur métier et répondent aux questions des élèves. « Il est très intéressant pour les élèves de découvrir la réalité du terrain. Ils sont très curieux, posent souvent des questions très concrètes, très pratiques comme : quel est votre salaire ? À quoi ressemblent vos journées ? C’est l’occasion aussi pour eux de se créer un réseau pour un éventuel stage à venir. Et en rencontrant ces professionnels, certains élèves ont le déclic ! » Et de conclure : « Les mieux placés pour parler de leur métier et  susciter des vocations et élargir les horizons des jeunes, c’est bien ceux qui l’exercent au quotidien, tous nos ambassadeurs y contribuent. «