Trois métiers étaient représentés lors de cette compétition inédite :

  1. cavalier d’entraînement qui entraîne les chevaux de course au galop le matin principalement
  2. palefrenier-soigneur qui prodigue les soins quotidiens des chevaux
  3. lad-driver qui consiste à préparer les chevaux de compétition au trot, les entraîner, faire les soins .

Les cinq apprentis originaires des Hauts-de-France concourrait en lad-driver (1) et en cavalier d’entraînement (4). Emeline Hot, de la Maison Familiale et Rurale (MFR) de Beauregard à Clairfontaine dans l’Aisne (02), a remporté la médaillée d’or de lad driver et a porté haut les couleurs des Hauts-de-France.

Une vraie consécration pour Emeline

« C’est assez inattendu, je ne m’y attendais pas du tout ! Il y avait des candidats qui venaient de grandes écoles, moi je travaille dans une petite écurie, témoigne Emeline. C’était la première fois que je me confrontais à d’autres lad driver. » Le 1er juillet, ils étaient 14 à concourir pour la partie théorique au bout de laquelle deux personnes étaient éliminées d’office.

Le lendemain, Emeline a dû tirer au sort un cheval pour les épreuves pratiques. « J’ai eu de la chance, j’ai tiré au sort Val de Loire, le même cheval que j’avais eu lors des épreuves régionales de Grosbois ! ». Et c’est donc Emeline qui a remporté cette finale nationale, une vraie consécration pour cette jeune fille passionnée. « J’aime les chevaux. Dans ma formation actuelle à Beauregard, il me reste encore un an. Puis j’aimerais faire un BTS. Plus tard, j’aimerais être dans un premier temps jockey, puis si possible entraîneur et créer mes propres écuries. »

Les métiers du cheval recrutent

Partenaire du concours des Meilleurs Apprentis de France, la Région Hauts-de-France, proche de sa jeunesse, a également soutenu l’organisation de cette première finale nationale. Les métiers du cheval recrutent en région et la filière de l’apprentissage facilite l’insertion professionnelle et la réussite des jeunes.

« Il y a encore peu de filles dans le monde du cheval de course, mais les mentalités évoluent, nous explique Emeline. Véritable modèle pour celles et ceux qui veulent travailler dans l’univers du cheval, Emeline mise sur des retombées de sa médaille d’or. J’espère que ce sera un plus sur mon CV quand je postulerai dans une grande maison. Cela m’a déjà permis d’être au contact de professionnels de renom. »

En bonus

Découvrez le portrait d’un autre jeune passionné de lad driver, Dylan Thefaine