« Il y aura un problème à résoudre à la rentrée ». Le vice-président régional aux Transports Franck Dhersin, lucide, préfère prévenir. Chargée du transport scolaire hors agglomérations, la Région Hauts-de-France constate une pénurie de conducteurs de cars – environ 400 actuellement – et d’une vingtaine de mécaniciens chez les opérateurs de transport du territoire.

Problème d’envergure nationale

Le problème est d’ampleur nationale : il manque 8 000 conducteurs à l’échelle de toute la France. Cela s’explique en partie par des absences d’effectifs depuis la période Covid-19, des changements d’orientation professionnelle, des difficultés de recrutement sur ces métiers en tension qui impliquent des horaires spécifiques (aux heures de conduite le matin et le soir) et peuvent nécessiter de trouver un second emploi en complément.

Les Hauts-de-France agissent

Dans les Hauts-de-France, différentes mesures ont été engagées par la Région :

  • Depuis 2021, un travail avec les partenaires pour développer l’offre de formation sur ces métiers. La Région a augmenté son investissement à hauteur de 3,5 millions d’euros en 2022 pour former les conducteurs de car.
  • Le lancement d’une campagne de promotion du métier de conducteur.
  • Un dialogue avec les préfectures qui a permis d’accélérer les démarches administratives de validation des permis de conduire.
  • Un dialogue avec les opérateurs de transport pour mieux évaluer les besoins en effectifs et cibler les manques par secteurs.
  • Un dialogue espéré avec le Rectorat afin que les établissements scolaires (collèges et lycées notamment) optimisent les horaires d’entrées et sorties des élèves, informent au plus tôt et au mieux de la répartition géographique précise des élèves pour permettre d’optimiser les circuits de ramassage scolaire.

Le réseau de cars scolaires géré par les Hauts-de-France, c’est 212 000 enfants à transporter chaque jour, 16 000 points d’arrêt et 2 300 établissements scolaires desservis, équivalent à 220 000 km par jour pour les 2 500 véhicules quotidiens et 3 650 conducteurs.

Lire l’article original sur hautsdefrance.fr