Organisé par l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre depuis 2014, Bulles de Mémoire est réservé aux collégiens et aux lycéens. Ce concours invite de jeunes auteurs et leurs enseignants à réaliser une bande dessinée d’une à trois planches sur un thème lié à la guerre, que les élèves mettent en images.

Cette année, les élèves de terminale bac pro ARCU (accueil et relation clients et usagers) du lycée Jean de la Fontaine, à Château-Thierry, ont gagné le prix national catégorie « par groupe ». Ils ont été accompagnés par le dessinateur Nicolas Faucard pour réaliser leur bande dessinée en trois planches.

Un séjour mémoriel franco-allemand

La récompense ? Un séjour mémoriel de cinq jours en France et en Allemagne. Après la réception organisée en leur honneur à l’ambassade d’Allemagne en France et la visite au musée de la Grande Guerre de Meaux, ils se sont envolés pour Berlin. Là-bas, ils ont alterné les ateliers de réflexions sur ce qui les unit avec leurs camarades allemands, vainqueurs d’un concours similaire organisé par le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge (Office allemand des victimes de guerre), et les commémorations.

Ensemble, ils ont assisté à la cérémonie organisée en mémoire des victimes du nazisme à la prison de Plötzensee, puis ils se sont retrouvés avec les 500 jeunes du projet international « Youth for Peace » pour la remise de propositions pour la Paix aux présidents allemand et français. La dernière journée s’est poursuivie par la cérémonie nationale du Volkstrauertag, le jour de deuil, en présence des deux chefs d’État, Frank-Walter Steinmeier et Emmanuel Macron. Dans l’hémicycle, ils étaient le seul groupe de jeunes invités, au milieu de toutes les personnalités allemandes, dont la chancelière Angela Merkel.

Des projets d’avenir

« Ce séjour a été d’une incroyable intensité, explique Vincent Bervas, le professeur qui a accompagné les jeunes pendant tout le projet. Il aura contribué à renforcer les liens entre jeunes allemands et français, qui ressortent grandis de l’expérience« .

Pour certains d’entre eux, ce projet leur aura permis de passer de la rupture scolaire en seconde à l’excellence : l’un des deux dessinateurs est engagé pour un cycle d’études post-bac de cinq ans en Arts graphiques. Tous ont des projets d’avenir.