Pourquoi s’orienter vers des métiers qui recrutent, qui paient bien et donnent de belles opportunités d’évolution quand on peut laisser ces carrières aux autres ? La question semble absurde et pourtant… Les stéréotypes liés aux métiers du numérique excluent les femmes : elles ne représentent que 15 % des salariés exerçant des fonctions techniques dans ce domaine.

Un secteur qui recrute

On parle souvent de demandeurs d’emplois qui ne trouvent pas de travail, mais dans le numérique, la tendance est inversée. Dans la région, ce sont 3 000 postes qui ne trouvent pas preneur ! Et les entreprises ont encore plus de mal à recruter des femmes : « les métiers du numérique souffrent d’une pénurie de compétences, estime Olivier Lespargot, directeur du Centre de services IBM de Lille. Ils présentent en plus un fort déséquilibre en défaveur du personnel féminin. Nous travaillons à corriger ce problème, mais nous ne trouvons pas de candidates formées… »

Prendre le problème en amont

« Il y a trop peu de femmes formées aux métiers du numérique, confirme Maleka Dilmi, du Corif (Conseil recherche ingénierie formation pour l’égalité femmes-hommes) qui organise le forum aux côté d’IBM et du rectorat. C’est pour cela qu’on a décidé d’intervenir auprès du public scolaire dès le lycée, voire le collège. Il faut absolument casser les idées reçues qui font penser aux filles que les filières scientifiques en général et numériques en particulier ne sont pas faites pour elles ! »

Lors du forum Numériqu’elles, les lycéennes ont ainsi découvert au fil des stands les métiers du numériques de façon ludique auprès d’entreprises du secteur (IBM, Wordline…) mais aussi d’autres domaines (Axa, Kiloutou, Promod…) car les métiers de l’informatique sont partout, et contrairement aux idées reçues, il n’est pas forcément indispensable d’être en génie en maths pour réussir une belle carrière !

Ouvrir des portes

Priscillia Charpentier est CPE au lycée Gustave Eiffel à Armentières (59). Elle accompagnait un groupe d’élèves de seconde : « on a remarqué que les classes prépas que nous proposons au lycée sont surtout occupées par des garçons, on voudrait réconcilier les filles avec les filières scientifiques. Cet événement est l’occasion de leur montrer les différents métiers qui existent et les formations pour y accéder. L’objectif est qu’elles repartent en se disant que c’est possible. »

Certaines lycéennes présentes avaient déjà opté pour la voie scientifique comme Zoé, Chloé et Laurine, en terminale S du lycée Giraux Sannier à Saint-Martin-Boulogne (62). Jusqu’à présent les jeunes filles envisageaient surtout de poursuivre des études de médecine ou vétérinaire. « Nous voulions découvrir d’autres domaines et maintenant, on se dit que la programmation informatique, pourrait être un bon plan B… Bien utile à l’heure de saisir ses vœux sur Parcoursup ! »

Photo Anouk Desury – Euratechnologies