Hélène, Justine et Paul ont entre 24 et 26 ans. Ils ont remporté en septembre le premier prix du concours Créasup qui récompense les créations d’entreprise par des apprentis de l’enseignement supérieur.

Avant même la fin de leurs études, en 2015, Hélène, Justine et Paul ont créé Entrée Public, une agence de communication dédiée au monde culturel. Paul a effectué son master de communication à Infocom, (Roubaix, 59) : « j’ai fait partie de la première promo à pouvoir faire ce master en apprentissage. J’ai ainsi pu acquérir de l’expérience d’abord comme créatif puis en tant que chargé d’innovation. » Hélène et Justine sont elles aussi titulaires de masters, respectivement en philosophie de la danse et en médiation interculturelle. Pour elles, pas d’apprentissage, mais beaucoup de stages, du bénévolat et des services civiques.

Les jeunes filles se sont rencontrées lors d’un stage au théâtre de la Rose des Vents (Villeneuve-d’Ascq, 59) : « on travaillait sur la présence numérique de la structure, raconte Hélène. On s’est rendu compte que les acteurs culturels avaient des problématiques particulières et des difficultés à s’y retrouver avec les agences traditionnelles… » Partant du postulat que si ces besoins existaient pour la Rose des Vents, ils devaient exister ailleurs, les jeunes créateurs ont associé les compétences en communication de Paul et l’expertise culturelle de Justine et Hélène : « apprentissage ou recherche, tous les chemins peuvent mener à entrepreneuriat ! », sourit Justine.

S’adapter aux envies du public

Leurs principes ? S’adapter aux usages et envies des publics et co-construire les stratégies de communication avec les équipes des structures : « quand un client arrive avec une idée précise, explique Hélène, du type « on veut un site web ou un flyer », on analyse d’abord en détail les pratiques de ses publics : quelles sont leurs habitudes, de quelles manières ils appréhendent les spectacles, comment ils utilisent les outils de communication actuels… Cela nous permet de préconiser les bons leviers de développement, qui ne sont pas forcément des outils mais peut-être une nouvelle stratégie de communication, de médiation, ou une autre organisation… »
« On a aussi à cœur de défendre une méthodologie de projet, continue Paul. On travaille avec des personnes de différents services, pas uniquement avec la direction. On est forcément porteurs de changement, il est donc important de l’accompagner. Et quand on crée avec les équipes, elles s’approprient plus facilement les nouveaux modes de fonctionnement ! »

Plus de crédibilité

« On a eu des clients dans le monde de la culture, assez vite, sans avoir vraiment eu le temps de poser notre projet, se souvient Justine. Après quelques mois d’activité, on a eu envie de prendre du recul et d’éprouver notre concept auprès d’un autre public, c’est pour ça que le concours Créasup nous a intéressés ». Le premier prix du concours est venu récompenser l’originalité de l’entreprise mais aussi la complémentarité de l’équipe. Dans un dossier rigoureux, les entrepreneurs ont décrit leur projet, leur vision de la communication et ont défendu leur agence devant un jury : « obtenir ce prix a confirmé la pertinence de notre projet et de nos questions, même auprès de professionnels totalement extérieurs au milieu culturel. Ça nous a aussi permis d’asseoir une certaine crédibilité auprès d’un public plus institutionnel. »

Partager sur