Anglais, Grecs, Italiens, Espagnols, Allemands… Du 2 au 6 octobre 2017, une vingtaine d’élèves et leurs professeurs venus de toute l’Europe ont été accueillis par leurs homologues du lycée Auguste Béhal de Lens dans le cadre d’un projet Erasmus +.

Leur message, unanime et adressé à tous les jeunes : * « Don’t drop out ! »

Le lycée Auguste Béhal de Lens (62) avait concocté un riche programme pour la délégation européenne. Au choix : visites culturelles comme au Louvre-Lens, initiation au hip-hop, réunion de travail autour du décrochage scolaire. L’un des (multiples) temps forts proposés : l’atelier graffiti à la Maison des jeunes de Lens, le 5 octobre, en compagnie d’un graffeur professionnel. L’occasion pour les jeunes de réaliser une fresque où figurent le logo national de la lutte contre le décrochage scolaire et un slogan fort : Don ‘t drop out ! (« Ne décroche pas », en français).

Le projet Erasmus + Phoenix

Dans ce lycée exemplaire, pour encourager la réussite de chacun, on bouge et on impulse des projets. Depuis deux ans, trois professeurs sont impliqués dans un projet européen Erasmus + qu’ils ont appelé « Phoenix. » La thématique retenue par les six établissements européens associés au projet – Italie, Allemagne, Espagne, Grèce, Grande-Bretagne et France (lycée Auguste Béhal à Lens) – est le décrochage scolaire. L’idée est de faire une étape dans chaque pays partenaire avec des élèves et des professeurs, pour comparer les méthodes de lutte contre le décrochage scolaire et favoriser les échanges entre les jeunes.

Voyager pour s’ouvrir aux autres

« Nos élèves ne voyagent jamais, explique Stéphanie Lopez, professeure d’espagnol au lycée Béhal et à l’initiative de ce projet. En partant à l’étranger, ils prennent conscience de l’utilité de parler anglais et quand ils reviennent, ils ont beaucoup plus envie d’apprendre et de s’investir. S’ouvrir aux autres et à l’international, ça leur apporte énormément. » Adrien fait partie des chanceux qui se sont rendus en Sicile l’an dernier. « Ça s’est très bien passé. Il y avait une super ambiance, avance le jeune homme de 16 ans. Aujourd’hui, c’est moi qui héberge mon correspondant italien. On parle en anglais, on s’apprend des mots dans nos langues maternelles. Ça me fait plaisir de lui faire découvrir mon quotidien, notre culture comme le maroilles par exemple ! J’ai progressé en anglais et à l’oral. J’ai envie de repartir bien sûr ! Avec ce projet, j’ai pris confiance en moi. »

Logés chez l’habitant

Comme à chaque étape, les jeunes sont logés chez l’habitant. « On n’a eu aucune difficulté à trouver des familles, ajoute Stéphanie Lopez. Il existe une vraie tradition d’accueil dans le bassin minier. Et il y a beaucoup d’interactions entre les jeunes. La barrière de la langue n’est vraiment pas un problème. » Ernesto, 16 ans, originaire de Sicile, est très content de son séjour dans les Hauts-de-France. « J’aime les maisons ici, et la vie. Elle est plus stressante mais aussi plus excitante que chez moi. » India, jeune anglaise de 14 ans, confirme : « j’aime voyager. On apprend beaucoup des autres. Ma correspondante Sarah est ‘absolutly lovely’ (‘absolument adorable’, en français) ! Et sa famille est très accueillante. »

Erasmus +, pourquoi pas vous ?

Il existe de nombreux projets Erasmus +. Vous êtes professeur de collège ou de lycée et vous avez un projet ? Connectez-vous sur la plateforme web e-twinning.net et rencontrez sur le forum d’autres collègues européens motivés par la mobilité internationale.

Rendez-vous le 13 octobre à Cap sur le Monde !

Vous souhaitez étudier ou travailler à l’étranger ? Rendez-vous le 13 octobre au siège de Région à Lille pour Cap sur le Monde.

 

Partager sur