Un dernier coup de rabot, une pincée de sucre glace sur un gâteau, un coup de ciseau sur la chevelure d’un modèle… Avant le clap de fin des finales nationales des Olympiades des métiers, organisées à Caen (Normandie), les concurrents ont lâché leurs dernières forces dans la bataille. Une libération après trois jours de compétition intense, où les nerfs ont été obligatoirement mis à rude épreuve.

« Le concours d’une vie »

Pour les dernières minutes des finales, les membres de l’équipe des Hauts-de-France des métiers ont pu compter sur le soutien infaillible de leurs coaches, familles et proches. Déambulant d’un bout à l’autre du Parc des Expositions de Caen, Alexandre Etienne enchaîne les encouragements. À chaque fin des épreuves, la même mécanique : les jurés engagent un décompte, une sirène retentit, puis les finalistes cessent le travail sous les applaudissements nourris du public.

« C’est le dernier moment de stress, les minutes où l’on donne tout ce qu’il reste, pour ne rien regretter, glisse le coach de l’équipe des Hauts-de-France, grand habitué des Olympiades des métiers. Certains n’en peuvent plus, d’autres sont confiants quand plusieurs finalistes n’y croient plus. Mon rôle, comme celui de tous les coaches, est de féliciter, de donner de la voix. C’est le concours d’une vie. Qu’ils en profitent maintenant ! »

Le numérique en pôle position ?

À quelques heures du verdict, difficile de ne pas se livrer au jeu des pronostics. Mais impossible d’être sur à 100% du nom des vainqueurs. La règle de notation est ainsi faite que même les jurés ne connaitront les podiums qu’à la cérémonie de clôture ! « C’est très stressant, pour les jeunes comme pour nous, révèle un juré de la finale « Cuisine ». Le dernier jour de compétition permet aux meilleurs de se détacher, d’autres peuvent remonter au classement. Jusqu’au dernier dressage, rien n’est joué. » Pour départager les concurrents, les chefs ont justement préparé une ultime épreuve, très sélective : réaliser en 2h un plat chaud à base de Saint-Jacques aux agrumes accompagné d’une garniture de céréales, puis un dessert libre à base de pommes ! Méthodique, Eva, en formation au lycée hôtelier du Touquet, semble avoir marqué des points…

Quel pôle de métiers apportera son lot de médailles aux apprentis des Hauts-de-France ? À Caen, le numérique semble s’être détaché du lot. Dans sa finale « Administration des réseaux et systèmes informatiques », Baptiste est bien placé. « Il a fait face pendant 3 jours à des petits génies de l’informatique, mais on doit garder confiance. Il était vraiment prêt« , explique son coach Aurélien. En webdesign, Maël et Arthur auront-ils réussi à garder leur avance glanée lors du premier jour ? En robotique mobile, Valentin et Mathis ont eu des passages de haute volée, aux dires des jurés. D’autres sont peut-être aussi dans la course pour une médaille : Gautier en art floral, Thomas en chaudronnerie, Valentin en boulangerie, Jérémy en maçonnerie… « C’est la magie de ce concours : tout est ouvert !« , s’amuse un expert.

Rendez-vous pour le verdict !

Après plus de 20 heures d’épreuves, et des passages par toutes les émotions, les 670 concurrents des finales nationales des Olympiades des métiers connaîtront bientôt le palmarès. Des ultimes émotions à venir, avant un retour mérité en Hauts-de-France pour nos apprentis. Avec une médaille autour du cou ?